S2 – épisode 2

Black List

Avant de tomber nez à nez avec elle dans son propre appartement, Tilly s’était souvent demandée comment elle réagirait face à sa plus grande peur. THE big peur number 1. Celle qu’on ne souhaite même pas à son pire ennemi.
Prendrait-elle ses larges jambes à son petit cou, ou serait-elle paralysée ? Serait-elle du genre à crier, ou bien à avoir la poitrine serrée jusqu’à ne plus pouvoir produire un son ? Deviendrait-elle pâle comme un cul de régente victorienne, ou piquerait-elle un fard ?

Pour vaincre ses angoisses du quotidien, son psy lui avait recommandé de faire la liste des choses qui l’empêchaient de dormir sereinement. « Nommer la chose, c’est la tuer » disait-il. « Pour la semaine prochaine, je voudrais que vous me prépariez une petite liste noire. Appelez peur n°1 votre plus grosse crainte, et numérotez les suivantes de 2 à 10, la 10e étant la moins effrayante. Nous apprendrons ensemble à les maîtriser toutes, en commençant par la numéro 10. Cela vous semble faisable ? » Tilly, qui n’avait osé avouer d’emblée que les chiffres avaient tendance à l’angoisser, avait acquiescé.
Elle était revenue la semaine suivante, les pieds en dedans et le visage fermé. Elle avait tendu la liste au docteur.

Peur n°10 : Remettre la liste de mes peurs à mon psy.

« – Ha ha, avait rit nerveusement le psy. Au moins, je ne suis pas la numéro 1 ! haha. »
Un petit pieu de honte s’était enfoncé dans la poitrine de Tilly.
Aïe.

Peur n°9 : Me faire engueuler par le dentiste parce que je n’y suis pas retournée depuis 12 ans.

– Oh, ce n’est pas bien. C’est très important l’hygiène dentaire.
– Mais ?!
– Ha ha, je plaisante voyons, s’embourba le psy. Nous allons apprendre ensemble à maîtriser vos craintes par l’humour. Détendez-vous mon petit poussin.
Re-aïe.

Peur n°8 : Remplir mes papiers pour la sécurité sociale et les impôts. D’une manière générale, tous les types de paperasse.

– Un grand classique.
– Ah oui ? Remarquez, c’est rassurant, en un sens.
– Ah, vous voyez ! Très bien, très bien !

Peur n°7 : Prendre l’autoroute (surtout pour partir dans le Sud, ou bien quand c’était pas prévu)

– Intéressant. Diriez-vous que c’est l’autoroute ou bien la surprise que vous n’aimez pas ?
– Euh… Je dirais que c’est les deux, mais j’avais que 10 numéros de dispo.
– Je vois… intéressant, intéressant tout de même.

Peur n°6 : Que mes amis découvrent que je regarde des films pornographiques sur Internet.

Le psy n’avait rien dit. Il avait juste esquissé un petit mouvement de tête nerveux en direction de son MacBook Pro.

Peur n°5 : Etre victime d’une erreur judiciaire.

– Je crois que nous partageons tous cette crainte aujourd’hui…
– Ah oui ?

Peur n°4 : La fois où j’ai dû assommer un détective privé, après avoir assommé Daniel et Mme Maslowski, pour sauver Julia.

Le psy avait pâli un peu.
– C’est très bien d’avoir ajouté des craintes imaginaires. Bravo
– Comment ça imag… ? Ah oui ? Vous croyez ?
– Oui oui.

Peur n°3 : Que mes parents découvrent que je suis encore vierge à 27 ans.
Peur n°3 BIS (c’est autorisé ?) : Que ma colloc Julia découvre que je suis encore vierge à 27 ans.

– Pas de problème. Les deux restent dans la même thématique, si je puis dire.
Re-re-aïe.

Peur n°2 : Les trucs qui rampent et font des bruits de gratouille: rats, souris, scolopendres, araignées. J’ai particulièrement peur des blattes en ce moment.

– Je vous rassure, je les déteste aussi. Il s’agit là encore d’une crainte très commune. Nous apprendrons ensemble à vaincre toutes ces angoisses, une à une, jusqu’à la numéro 1.

Peur n°1 : …

– Mais je vois que vous n’avez rien mis en numéro 1 ?
– Non…
Re-re-re-aïe.
– Bon, c’est que vous n’êtes pas encore prête. Cela vous effraie tant que ça ?
– Oui… j’imagine…
– Bon. D’accord pour cette fois ci. C’est déjà très bien d’avoir pu exprimer par écrit toutes les précédentes. Mais la semaine prochaine, je veux que nous réessayions. D’accord ?
– Si vous voulez…

Ce jour là, en rentrant d’une virée shopping déprimante, la dernière chose que Tilly voulait, c’était bien tomber sur LA NUMBER ONE, la mère de toutes les peurs, dans son propre appartement. Sa réaction fut assez brève. Ferme. Directe :
– Putain, il est à qui ce macchabée, nom de Dieu ?!

Tony pleurait maintenant à chaudes larmes, la tête dans les mains, de la morve sur les lèvres. L’homme tatoué à côté de lui s’affairait. De façon désordonnée. Il essayait d’enlever les cordes autour des bras, des jambes et du cou du gisant. Il les coupait frénétiquement avec un couteau Ikea. Lançant des « putain de matos de merde »! « Voilà ce qui arrive quand on est mal préparés ». Il s’arrêta net.
Il fixa le jeune homme.
– Putain! Je crois qu’il est vivant! Regarde!

Tony tourna la tête en direction du lit. Il perçut effectivement un petit mouvement de ventre. Un ventre couvert de cire. Ou peut-être de foutre?
Il poussa un long soupir. Le gisant n’avait pas l’air vaillant, mais penchait indubitablement du côté du vivant.
– Ouaaaah… putain…. Quelle histoire de ouf… Et elle ?
– Comment ça « elle »?!, hurla Tilly.

Tony fit un mouvement de tête en direction de la porte où se tenait Tilly. A ses pieds, une longue chevelure brune parfaitement immobile laissait deviner une  NUMBER 1.

LA SUITE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :