épisode 7

Temps de lecture estimé : 3 min 58

« PIETA 1 »

Vendredi 18h03

ou tram T1  Saint-André

Ce chapitre contient un crocodile de l’Est – un frisson – une gifle

La perruque bien fixée, Madame Maslowski s’engouffra dans l’hôtel Jangot. Elle contourna le comptoir de la réception sans un regard pour Béa, une pute de Beaudédé qui, la journée, assurait le standard de l’hôtel. Dans l’arrière-salle récemment repeinte en bleu turquoise, Beaudédé sauta de son fauteuil comme un diable d’une boîte. Il souriait. Mauvais signe. Il tenait en main un bout de papier chiffonné.
– Montrez-moi la fille !
– Attendez Madame Maslowski, on doit d’abord rediscuter certains termes du contrat…
– Rien à dire la-dessus ! La fille !
– Non, nous n’avons pas prévu certaines clauses…
– Qu’est-ce que c’est que ces conneries on verra après ? Où est-elle ?
– Et bien, il se peut qu’on croyait que la fille soit capable de parler mais en fait…
– Beaudédé, bordel ! Je n’aime pas dire deux fois les choses ! Amenez-moi vers la fille immédiatement !
Beaudédé vit sa prime s’envoler, ses vacances à Saint-Malo s’évaporer. Il aimait les ports.
– Youri ! hurla-t-il, conduis la dame à la fille et ferme ta gueule !
Madame Maslowski suait d’impatience et de dégoût. Elle était rouge et trottinait aux côtés du géant à queue de cheval. Le couloir sentait la peinture.

Julia entendit la porte de la piaule s’ouvrir, elle se concentra à nouveau et réussit à faire descendre son rythme cardiaque bien en-dessous de la moyenne du commun des mortels. Une odeur âcre de sueur vint lui picoter les narines. Quelqu’un se penchait trop près d’elle. Elle entendit une voix féminine assez rauque.
– Elle dort ?
Youri tourna la tête vers la porte et entreprit de se curer le nez.
– Oh ! Le grand con, je te parle ! Qu’est-ce qu’elle a ? Elle dort ?
Youri, buté, à qui on avait dit de fermer sa gueule, la fermait.
Maslowski se pencha plus avant vers la figure de Julia qui fit un effort de concentration suprême. Elle lui tâta le pouls. La voix rauque resta silencieuse et dit enfin :
– Vous avez buté cette petite ? Hein, sale con ? Elle est morte ?
Surprise, Julia sentit une larme tomber sur son front. La voix s’effondra tout près de sa poitrine.
– Vous l’avez tuée… J’étais à ça de trouver mon petit ! À ça ! Vous vous rendez compte ? Et vous l’avez tuée !
Elle poussa un cri d’otarie. Mais un cri trop long pour être drôle. Maslowski frappait le sol et continuait de hurler tandis que Youri, influençable, pleurait de grosses larmes de crocodile de l’Est. Julia eut un frisson impromptu. Maslowski s’arrêta brusquement.
– Elle a bougé ! La gosse, elle a fait un geste, je l’ai senti.
Et elle administra la première gifle de sa vie à Julia. Une bonne grosse gifle qui claque !
– Tu es vivante !
Et elle la serra dans ses bras avec une tendresse infinie, ce qui eut pour effet d’accélérer le rythme cardiaque de Julia. Julia n’avait pas été serrée comme ça, brutalement, depuis peut-être cet enfoiré de Daniel.
Julia souffla et la bouche pâteuse :
– Dites ! Vous allez me tuer pour de bon maintenant…
– Ah ! Ma fille !, cria Maslowski en broyant les épaules de Julia.
Youri ne comprenait plus rien, il essuyait ses joues du revers de sa manche de T-Shirt à manches longues trop courtes pour lui. Il renifla si fort que Madame Maslowski sans le regarder lui tendit un petit mouchoir en tissu.
– Tiens, grand con !
– Elle a revenu de la mort, finit-il par articuler.
Maslowski, les yeux au ciel, serrant dans ses bras une Julia aux anges, entourée par un chérubin de deux mètres à moitié chauve, voilà le tableau saisissant que découvrit Beaudédé en jetant un œil dans la chambre 27.
– Qu’est-ce qui se passe ici ? De toute façon, je ne rends rien sur l’acompte déjà versé. Elle était pas solide, l’autre con l’a balancée, sa tête a cogné mais c’est comme ça, c’est les risques du métier…
– Ferme-la Beaudédé ! Tu auras le virement comme prévu dès demain. Merci pour ton aide et le grand con, l’est pas si con.
Madame Maslowski aida Julia à se relever. Elles passèrent devant Youri qui hocha la tête religieusement, convaincu d’avoir été le témoin d’un miracle. Elles dépassèrent Beaudédé, interloqué. Elles longèrent le corridor jusqu’à la lueur du premier réverbère.

La suite…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :