épisode 16

Temps de lecture estimé : 3 min 34

« LE COUP DE TROP »

Vendredi 22h45

Ce chapitre contient : de la panique, des insultes homophobes, Yves Rocher

– Je te ressers un whisky ? proposa Julia.
– Putain ouais, je veux bien s’il te plait, acquiesça Daniel, au bout du rouleau.
– Je vais peut-être m’en refaire un aussi, je crois qu’on en a tous besoin là. Tilly, t’en veux un ?
– Non merci. Je vais plutôt me faire un petit pétard là. Je vais chercher le courrier d’abord. On a toujours pas reçu la quittance de loyer.
Tilly tenta de faire un clin d’œil. Ce qui donna une grimace quelque peu disgracieuse mais pleine de sens. En tout cas, Julia comprit ceci : « Je fais semblant d’aller chercher le courrier pour voir si la vieille fait du bruit dans son appartement, si jamais elle n’est pas morte. Et t’inquiète, pour que Daniel se rende compte de rien, je remonterai quand même le courrier. »
– D’accord Tilly, merci, c’est sympa, répondit Julia, avec un ton trop gentil. Bien bien.
Elle soupira, sérieusement usée.
Daniel, assis dans le canapé du salon, fixait le mur. Imbibé d’alcool. Mais surtout exténué d’avoir autant pleuré. Julia avait conscience qu’il était un peu imprudent, étant donné les circonstances, d’avoir ramené Daniel à la maison – d’autant plus qu’elle n’avait aucune idée de l’état dans lequel se trouvait la vieille – mais son effondrement au Saint-Phalle l’avait tout de même un peu bouleversée. Pour ne pas attirer les soupçons, il valait sans doute mieux  faire comme si de rien n’était.
– Mon père est une grosse tapette, répétait Daniel. Une putain de grosse lopette, insistait-il. Un suceur de bites, précisait-il.
Ça aussi, ça commençait à user un peu Julia, mais elle tachait de garder son calme.
– Ecoute, Daniel, risqua-t-elle, vaut mieux que tu l’apprennes comme ça plutôt que…
– Plutôt que comment ?
– Euh… Effectivement, je suis un peu conne. Excuse-moi, j’ai plus toute ma tête, là. La journée a été un peu bizarre.
– Tu m’étonnes. C’est quoi ton histoire de pull ? J’ai rien compris.
– Oh non, c’est rien, t’inquiète…
Il fallait qu’elle trouve une sortie hors de cette piste glissante. Elle s’excusa mentalement pour la seule issue qui lui vint rapidement :
– Mais sérieusement, t’avais jamais eu de doutes sur ton père?
Le regard de Daniel se plongea à nouveau dans le blanc du mur.

Tilly entra dans le salon en disant un peu trop fort : « Ah, ben pour une fois, on l’entend pas la vieille, elle doit être partie, on entend pas sa télé ». Elle tenta à nouveau le clin d’œil qui voulait dire : « Je n’ai rien entendu chez la vieille ». Julia eut un peu envie de la frapper.
Tilly déposa le courrier sur la table. En vrac : une facture EDF, une offre d’Yves Rocher, et une grande enveloppe kraft sans adresse.
– C’est quoi ça ? demanda Julia.
– Ah, je sais pas, j’ai pas regardé.
– Tilly s’empara de l’enveloppe kraft, et Julia de l’enveloppe EDF.
– Putain de merde, crièrent-elles en chœur, mais pour des raisons différentes.
– Quoi, qu’est-ce qu’il y a ? se demandèrent-elles en même temps.
Elles échangèrent les enveloppes sans rien dire.
Julia attendait la réaction de Tilly devant les 215 € de facture EDF. Mais elle se ravisa, tout aspirée qu’elle était par sa propre chute dans le chaos/néant/merdier à la vue des photos que contenait l’enveloppe kraft. Trois clichés qu’elle baptisa mentalement : « Tilly au vase de Chine », « Tilly, Julia et la vieille morte », et « Julia prend le fric de la vieille. »
-Putain de merde, répéta-t-elle.
Julia remit les photos dans l’enveloppe, la balança sur la table, et se prit la tête dans les mains.
Elle ferma les yeux et essaya de se détendre.

« Ping », entendit-elle.
Je ne veux pas savoir ce que c’était que ce bruit.
Elle n’avait pas le courage d’ouvrir les yeux pour éclaircir l’origine du « ping », mais elle sursauta au son du râle qui suivit.
Elle vit Daniel étendu sur le canapé, avec autour de lui des éclats de porcelaine. Derrière lui, Tilly tenta un troisième clin d’œil qui signifiait : « Je sais qu’il n’avait pas vu les photos, mais bon on sait jamais, peut-être qu’il allait avoir des soupçons en les voyant, et ça allait nous attirer des ennuis ».
Julia, à ce moment précis, eut un petit peu envie de mourir.

La suite…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :